lundi 5 juillet 2010

L’abstinence contre le sida : les faits sont têtus

    Encore des scientifiques qui appellent à relancer l’abstinence pour lutter contre le SIDA. Dans un entretien au journal Le Monde le 1er décembre 1991, Luc Montagnier déclarait notamment : « Si vous aviez chacun moins de cinq partenaires sexuels dans votre vie, l'épidémie de sida s'éteindrait... ». On sait depuis longtemps que le préservatif n’est pas la solution à tous les problèmes en Afrique (voir notamment la démonstration de Low-Beer et Stoneburner, Science 2004 recensée ici). Après Edward C Green, épidémiologiste mondialement reconnu et qui a pris la défense de Benoît XVI en 2009 (voir ici).
    Après beaucoup d’autres, le quotidien britannique The Guardian nous relate l’appel des épidémiologistes Alan Whiteside et Justin Parkhurst qui travaillent à la London School of Hygiene and Tropical Medicine. Ils rappellent qu’une personne nouvellement infectée a beaucoup plus de chance de transmettre le virus dans le mois qui suit son infection. Et ajoutent : « Une campagne de promotion de l’abstinence pourrait supprimer jusqu’à 45% des nouvelles infections – ce qui serait énorme pour des pays comme l’Afrique du Sud, le Zimbabwe ou le Swaziland ».
    Leur raisonnement repose sur des groupes religieux qui respectent une période d’abstinence sexuelle (même relative) telle que les musulmans, ou la secte apostolique Marange (drôle d'exemple ou la polygamie et les mariages forcés semblent la règle). Les pays à dominante musulmane très forte connaissent une prévalence de la séropositivité assez faible (de l’ordre de 0,2% ; elle est estimée à 0,4% en France). On pensait que c’était dû à la pratique de la circoncision. Une autre hypothèse proposée par Whiteside est basée sur le bannissement de l’alcool, de l’homosexualité et des relations sexuelles en-dehors du mariage ; il cite également l’interdiction des relations sexuelles durant la journée pendant le ramadan (mais ce dernier point me paraît moins essentiel que le reste).
    La proposition finale de Whiteside ne me paraît pas très réaliste : il propose que toute la population pratique l’abstinence ou utilise systématiquement des préservatifs pendant un mois. Cependant Derek von Wissel, directeur du programme anti-SIDA du Swaziland, a bien accueilli cette idée.

En guise de conclusion
    Les faits sont têtus et l’évidence finira par être reconnue : la meilleure solution pour lutter contre le SIDA, c’est encore de bloquer sa propagation grâce à la fidélité (trop souvent oubliée - même si elle n’était que temporaire, ce serait déjà bien !) et l’abstinence. Quant à proposer un mois d'abstinence totale à l'échelle d'un pays, mieux vaudrait commencer par des solutions plus réalistes !

2 commentaires:

nicolas mathey a dit…

Très intéressant. Je commençais à m'inquiéter...
Vous devriez faire un petit tour sur twitter il y a quelques comptes intéressant not. http://twitter.com/cellresearch (j'aimerais bien avoir votre avis sur certaines informations).

Albert Barrois a dit…

Bonsoir Nicolas,
Hélas, trop de choses à faire en ce moment pour aller gazouiller en plus ; déjà que le blog en souffre... Mais n'hésitez pas à me contacter directement pour un avis sur un point précis.