jeudi 26 mars 2009

Mais pourquoi la Poste n'a t-elle pas perdu cette lettre ?

Le Monde a publié il y a deux jours une "Lettre ouverte à Benoît XVI". Les signataires de ce texte sont :
Bertrand Audoin, directeur exécutif de Sidaction
Françoise Barré-Sinoussi, chercheuse en virologie à l'Institut Pasteur, lauréate du Prix Nobel de médecine 2008
Jean-François Delfraissy, directeur de l'Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales
Yves Levy, président du conseil scientifique de Sidaction

Commentaire de texte :

Votre Sainteté,

Votre déclaration dans l'avion vous conduisant en Afrique a jeté la consternation et a suscité de nombreuses réactions indignées du monde scientifique, politique, de malades du sida et des associations qui luttent au quotidien sur le terrain pour freiner l'épidémie et aider les malades.
Pourquoi ?
Parce que cette déclaration est contredite par les résultats de vingt-cinq ans de recherche scientifique. Ces études montrent que le préservatif est une barrière imperméable aux agents infectieux sexuellement transmissibles (1). Les normes internationales de fabrication de cet outil de prévention lui assurent la plus grande efficacité.

Vous avez entendu le Pape faire un commentaire là-dessus ?

L'analyse globale de près de 140 articles scientifiques consacrés au suivi de couples où l'un des deux partenaires est séropositif démontre de manière irréfutable que l'utilisation régulière du préservatif permet de réduire d'au moins 90 % le risque de transmission du VIH, mais également d'autres maladies sexuellement transmissibles (2).

Passons sur le fait de citer un résumé soumis à un congrès au lieu d'un article dans une revue à comité de lecture. Mais même comme ça le chiffre est modifié, exactement ce qu'on reprochait à Bush de faire pour des raisons idéologiques ! La référence donnée évoque le chiffre de 85% (je cite : "Results of longitudinal studies of the sexual partners of HIV-infected persons indicate that consistent condom use reduces the risk of HIV/AIDS transmission by approximately 85%"), et seulement chez ceux qui utilisent toujours le préservatif. Cela signifie que sur six ou sept personnes utilisant régulièrement un préservatif, il y aura une personne contaminée. C'est moins efficace que les méthodes naturelles de régulation des naissances (Frank-Herrmann et al, Human Reprod 22 1310-1319) dont on nous dit pourtant que cela consiste à jouer à la "roulette vaticane".

Ces recherches montrent aussi que l'utilisation du préservatif et les campagnes de prévention et d'éducation sexuelle ont été, et restent, le principal frein à l'extension de l'épidémie dans le monde entier, y compris en Afrique ou en Asie.

C'est faux. Le principal frein à l'extension de l'épidémie, c'est la réduction du nombre de partenaires. Cela est démontré par Stoneburner et Low-Beer dans une remarquable étude publiée dans Science en 2004 (Stoneburner & Low-Beer, Science, 304, 714-719). Je cite le résumé de l'article :
Uganda has shown a 70% decline in HIV prevalence since the early 1990s, linked to a 60% reduction in casual sex. The response in Uganda appears to be distinctively associated with communication about acquired immunodeficiency syndrome (AIDS) through social networks. Despite substantial condom use and promotion of biomedical approaches, other African countries have shown neither similar behavioral responses nor HIV prevalence declines of the same scale. The Ugandan success is equivalent to a vaccine of 80% effectiveness
Pour ceux à qui cela ne suffit pas, je suggère de se rapporter à l'étude évoquée il y a deux jours et publiée par Helen Epstein dans le British Medical Journal (Epstein, BMJ 2008 337 a2638). Il y est écrit noir sur blanc que le plus important c'est la réduction du nombre de partenaires, surtout s'il y a des partenaires simultanés. Je cite : "Increased condom use also contributed to these declines, but where condom use alone has increased and partner reduction has not occurred, HIV infection rates have not fallen".

Au Brésil, la politique de promotion et de distribution de préservatifs dans la population générale a par exemple fortement contribué au contrôle de l'épidémie.
Parce que votre déclaration relève d'un cynisme insupportable.

Plus de 25% de malades du SIDA soignés par les catholiques, c'est "d'un cynisme insupportable" ?

Vous ne pouvez pas ignorer que, sur les 33 millions de personnes vivant avec le VIH, près de 22 millions vivent en Afrique

Où 6 millions sont soignés par des catholiques (25%). Sans doute plus en réalité car on parle de l'Afrique

(...) Nous savons tous que l'utilisation du préservatif doit se situer dans une démarche globale de prévention, qui intègre l'information sur la maladie, l'accès aux traitements et, plus largement, des mesures individuelles de réduction des risques.

C'est pourquoi vous ne citez que le préservatif et pas le facteur le plus important, à savoir la réduction du nombre de partenaires sexuels, surtout s'ils sont simultanés.

Etc, etc.


6 commentaires:

francis a dit…

le probléme , c'est que le pape non plus n'a pas cité la réduction du nombre de partenaires, la fidélité, mais qu'il s'est égaré dans des propos incompréhensibles...
au lieu de dire seulement Amour, Respect, Fidélité, et Protection, il a eu de mots maladroits qui on été ensuite repris "à charge"

cette lettre n'est effectivement pas très habile, mais elle est le pendant des propos du Pape...

Anonyme a dit…

Une nouvelle fois : merci et continuez dans cette voie scientifique en ne cédant que le moins de place possible aux piques et pointes...
PS : peutêtre faudrait-il insister sur la différence entre la publication faite et l'autre ?

Albert Barrois a dit…

@ Francis
La suite de la réponse du Pape est on ne peut plus claire :
On ne peut trouver la solution que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c’est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui implique une nouvelle façon de se comporter l’un envers l’autre, et le second, une amitié vraie, surtout envers ceux qui souffrent, la disponibilité à être avec les malades, au prix aussi de sacrifices et de renoncements personnels".
C'est un appel clair à renoncer au vagabondage sexuel, puis à s'occuper de ceux qui souffrent. Je pense que si le Pape a choisi de dire que le préservatif aggravait le problème, ce n'était pas par hasard. Et les explications de texte que de nombreux catholiques font est l'occasion de mieux expliquer l'approche catholique.

francis a dit…

cette discussion a déjà eu largement lieu chez koz: je maintiens que les phrases du pape sont incomprehensibles: "humanisation de la sexualité" les partenaires multiples sont "inhumains", mais nous en descendons! quant à la nouvelle façon de se comporter, le renouveau, je ne vois pas.. y a til une différence par rapport au preche de l'Eglise depuis des siécles? lesquelles? tout cela est nébuleux, fumeux, tout simplemnt car le pape n'a pas réussi à dire clairement ce que pensent tous les catholiques, ce qu'ils enseignent: en amour, comme dans la vie, la fidélité est la vertu première, le respect est nécessaire, la protection est, en cas de besoin, à faire!

Xav2b a dit…

"au lieu de dire seulement Amour, Respect, Fidélité, et Protection, il a eu de mots maladroits qui on été ensuite repris "à charge" "
Sauf que sa citation a été tronquée du conditionnelle qu'il y mettait et que les mots d'Amour , de soutien, d'investissement de l'Eglise dans le problème du Sida n'ont été repris par aucun média, pas plus que sa demande à ce que les soins soient gratuits.

Avez-vous seulement lu ne serait-ce que la phrase que le pape a prononcé. Et si vous osez me dire oui, avez-vous lu le reste de sa réponse ? Pour voir ?

M-E a dit…

je suis assez d'accord avec Xav2b.. avez vous au moins lu la lettre ?
et puis entre nous, vous manipuler les dires aussi, ne nous prenez pas pour des abrutis:
" "humanisation de la sexualité" les partenaires multiples sont "inhumains", mais nous en descendons! quant à la nouvelle façon de se comporter, le renouveau, je ne vois pas"
il n'a pas dit qu'avoir plusieurs femmes était inhumain, il a dit qu'il fallait humaniser ce qui ne sous entend pas le contraire, il faut rendre plus humain, voilà la traduction si tenté qu'une traduction soit utile.
Nous en descendons ?
1 je ne descend pas de plusieurs femmes, ça me parait biologiquement délicat,
2) heuu je cconnais pas beaucoups de civilisation ou la polygamie était autorisé à part dans quelque tribu africaines, et cela était rare, et dans l'islma, apparut assez tard quand meme. Les juifs, les Indoues, les Indiens, Les chinois, n'étaient pas Polygames....